Journal de Voyage

Route 66, Here we are!!!

novembre 20, 2014 by Annik Desrosiers Aucun commentaire

On « décolle » enfin de l’aéroport et entreprenons ce qui sera une journée de découverte dans le désert.  Première destination: Chloride, une ville fantôme située à 1h30 de Vegas.  Mais on n’a pas le temps de s’emmerder jusque là puisque le paysage est captivant.

L’organisation de notre habitacle sur roue est quelque peu singulier puisque nos hommes ont compris que de jouer aux machos en monopolisant les places à l’avant est à leur désavantage avec 2 femmes ayant le mal des transports facile.  On a donc Sonya comme chauffeuse attitrée et moi comme accompagnatrice-navigatrice-photographe-et-caméraman à l’avant et les hommes qui font les fous en arrière.  Yan, en arrière de moi, garde son artillerie de caméra à disponibilité afin de capturer sur le vif des paysages aux effets comiques ou… phalliques!   Ah ces hommes!

Quoi qu’il en soit, on s’amuse et on apprécie le paysage qui passe de la ville rutilante à un entremêlement de collines et de vallées à la végétation plutôt brunâtre pour se retrouver au bout d’une heure dans un désert digne de Sons of Anarchy ou de Breaking Bad.  Ce qu’on peut dire, c’est que pour quiconque qui sait apprécier les paysages, la route est loin d’être ennuyeuse.

Chloride

Cyanide Springs à Chloride - Route 66C’est donc en toute excitation que l’on arrive au tournant devant nous mener à notre fameuse ville fantôme de Chloride.  Facile d’accès, c’est définitivement une destination à ne pas manquer.  Puisque la ville est encore habitée, on en profite pour faire un tour à l’épicerie du village qui sert de dépanneur, magasin général, office du tourisme, etc.  On en profite donc pour s’informer de la place, prendre la carte touristique du coin et jaser avec la petite dame qui se demande bien comment est-ce qu’on s’est retrouvé là.  À croire qu’ils ne reçoivent pas beaucoup de visiteurs.  Les hommes en profitent pour bien commencer la journée avec de petites bières locales qui peuvent être bues sur la rue tant qu’elles restent dans leur sac de papier.  C’est pas tout à fait comme chez nous ça!

Après avoir récupéré tout ce qu’on a besoin et avoir pris quelques photos de la place, nous partons donc en reconnaissance des lieux, à pied, avec nos caméras et les bières pour découvrir les restes, ma foi, les plus divertissants, de la ville du 19e siècle.  Wow!  Génial!  C’est peut-être tout petit, mais que de choses à explorer.  Et à photographier!  En fait, l’ensemble de la petite ville est un petit joyau historique et c’est avec un peu de déception, tout au moins de ma part, que nous considérons le retard sur notre itinéraire et reprenons la route sans avoir totalement terminé la visite.

Attrait ou attrape touristique

Nous reprenons donc la route 93 en direction de Kingman.  Ah oui, effectivement, nous sommes sur la route 93 et non 66.  En fait, lors de notre parcours, nous nous promènerons sur différentes routes dont la route 66, mais comme personne ne connait les autres, à quoi bon les mettre dans le titre!

Alors voilà, nous revoici sur la route à rechercher notre prochain arrêt, Santa Claus; une autre ville fantôme maintenant totalement abandonnée.  Et laissez-moi vous dire que quand on parle de « fantôme » et de « abandonné », ce n’est pas peu dire!  En fait, décrire ces lieux comme un attrait touristique est une grosse blague puisque seuls 4 bâtiments sont encore debout et l’ensemble du « complexe » est protégé par des fils barbelés.  On ne peut s’approcher donc de rien et il n’y a rien à voir de l’extérieur.  On choisi donc de passer notre tour et de sauver un peu de temps en nous rendant directement à Kingman qui était notre lieu de ravitaillement pour nos bedaines hurlantes.  Car ne l’oublions pas, David a maintenant un complice avec lui pour aborder ses destinations-voyage avec ses papilles gustatives.  Pour ceux qui ne comprennent pas l’histoire, regardez comment David découvre Mykonos!

Kingman

Route 66 à Kingman ArizonaMême s’il commence à se faire tard et qu’il est très clair qu’il ne nous sera pas possible de faire une grande visite de la ville, nous prenons tout de même le temps d’arrêter au centre touristique pour prendre un peu d’informations sur la ville.  Le monsieur à l’accueil est absolument génial; il connait non seulement bien sa ville, mais également les autres de la région et nous en parle avec passion.  Tellement, qu’on en est déçu de ne pas avoir plus de temps dans le coin.  On se dit qu’il faudra probablement s’organiser un autre voyage pour profiter de tout ça.  Il nous confirme également notre choix de restaurant qui serait un des meilleurs de la ville.  Et malgré quelques suggestions supplémentaires, les hommes restent fermes sur leur choix; ils veulent absolument aller au Redneck Southern BBQ Pit!  Ça fait des mois que c’est prévu et c’est là qu’ils veulent aller.  Alors go, on y va!

Et quelle bonne décision!  Excellent!  Une bonne nourriture maison, avec des portions très correctes – pour moi des portions correctes correspondent à des portions qui comblent bien la faim de nos hommes sans pour autant tomber dans le ridicule d’assiettes gargantuesques bonnes seulement à rendre malade ou obèse – et à des prix plus que raisonnables.  Bien que ce soit un peu léger comme exploration de la ville, nos estomacs et nos papilles gustatives nous confirment que l’arrêt à Kingman est un arrêt obligatoire et qu’il ne faudra pas l’oublier si jamais nous avons l’occasion de revenir dans le coin.

Maudit retard!

C’est donc le bedon rond qu’on reprend encore une fois la route.  Cette fois, sur la vraie et authentique Route 66, au soleil couchant.  Notre souhait est de se rendre le plus vite possible à Hackberry pour visiter le petit magasin général qui a servi, avec d’autres lieux mythiques bien sûr, d’inspiration au film de Cars.  Malheureusement, notre retard de 2h à l’aéroport aura définitivement un impact sur nous et notre itinéraire puisqu’à notre arrivé à Hackberry, tout semble fermé et il fait trop noir pour prendre des photos.

Mais notre déception ne s’arrêtera pas là, puisque tout sera également fermé à notre arrivée à Seligman.  Grrrr!!!  Vraiment décevant!

En passant à travers ce petit village qui semble s’être figé dans les années 50, chacun dans la voiture émet ses commentaires de déception.  Petit et probablement rapide à visiter, il en reste pas moins que l’attrait y est et je crois que c’est la première fois du voyage qu’on aura autant de regrets de continuer notre route, et ce malgré la fatigue qui commence à se faire sentir.

Une journée qui finit plus…

Parce que, effectivement, il ne faut pas oublier que rendu là, pour nous, il est autour de 21h et que nous avons eu une toute petite nuit la veille.  Et entre les changements de pression de l’avion, l’inactivité dans les transports, les routes noires et tout et tout, notre niveau d’énergie commence à diminuer grandement et on a tous hâte d’arriver à destination.  On choisi donc de reprendre l’autoroute sans s’arrêter à Williams, qui entrait à la base dans notre itinéraire, et de se rendre le plus rapidement possible à Flagstaff.

Notre décision de passer la nuit à Flagstaff avait été motivée, d’abord et avant tout, par la présence de plusieurs micro-brasseries dans la région.  Effectivement, c’est là que ce situe la majorité des sites de la Flagstaff Ale Trail.  De plus, notre ami de Kingman nous avait également recommandé avec force commentaires de faire un saut au Museum Club, établissement à ne pas manquer dans la ville.  Toutefois, la soirée allait se dérouler différemment puisque le fameux Museum Club sert de théâtre d’humour ce soir et qu’on est tous trop fatigués pour se mettre à la recherche de brasserie.  On se ramasse donc, moi et les hommes – on a perdu Sonya à la fatigue dans le processus de sélection gastronomique – dans un petit fast-food mexicain tenu par des mexicains et qui a l’avantage d’être non seulement très bien coté sur TripAdvisor, mais qui se trouve également à 2 minutes à pied de notre hôtel.  C’est peut-être pas un monument, mais ça fait la job.

Les estomacs bien remplis et les coeurs épuisés, on rejoint finalement nos lits pour un sommeil bien mérité et la promesse d’un lendemain de découvertes très prometteur vers le Grand Canyon.

À Propos de l'Auteur

Annik Desrosiers
Annik Desrosiers Annik est l'éducatrice et la "touche à tout" dans la famille. Curieuse et quelque fois un peu trop loquace, elle se passionne pour tout et essait ensuite de partager ses trouvailles avec son entourage. Détentrice d'un baccalauréat en sexologie, elle s'est spécialisée en éducation de la sexualité ainsi qu'en périnatalité. Pour compléter ses services, Annik a poursuivi une formation en accompagnement de naissance et s'est certifiée comme instructrice en massage pour bébé. Toutefois la vie semblait décidé à la conduire ailleurs puisqu'après avoir eu ses enfants, une vieille passion d'enfance fut de nouveau réveillée et elle se retrouva à la tête d'un studio de danse orientale qui roula jusqu'à ce que les voyages viennent en conflit d'horaire avec les sessions de cours. C'est donc après quelques années d'enseignement de la danse, qu'Annik décida de mettre tout ceci de côté et de se concentrer sur l'éducation à domicile de ses enfants et de vivre une vie de semi-nomade avec son époux, David. Ce fut le début d'une aventure...
  •  

Laissez un commentaire

Nous apprécions vos commentaires. N'hésitez pas à compléter le formulaire ci-bas et cliquer sur Soumettre.